De racines et de mots: quand l’histoire et la littérature se fréquentent!

Qui : Richard Migneault, Émilie Guilbeault-Cayer, Marie-Eve Bourassa et Valérie Lapointe-Gagnon
Quand : Dimanche 14 août 2022 à 10h30
Où : Musée de la civilisation, auditorium Roland-Arpin

Au Québec, l’histoire et la littérature ont la cote, et le mariage entre les deux disciplines fait beaucoup d’adeptes! Friand d’histoire et d’histoires, le public répond présent aux différentes manifestations de littérature historique. Ce mariage entre histoire et littérature, justement, comment se fait-il? Qu’est-ce qui rassemble et qui éloigne ces deux domaines? En compagnie de Marie-Eve Bourassa et de Valérie Lapointe-Gagnon, deux autrices du recueil de récits historiques De racines et de mots. Persistance des langues en Amérique du Nord, les animateurs Émilie Guilbeault-Cayer et Richard Migneault exploreront la production de textes d’histoire et de fiction historique. Quels sont les publics, perspectives, méthodes et objectifs de tels textes? Sont-ils opposés, ou partagent-ils certaines caractéristiques? Peut-on les rassembler sous la même bannière? Les discussions avec une autrice de fiction historique et une historienne permettront (peut-être!) de répondre à ces questions.

Pendant sa carrière en enseignement, comme professeur, directeur d’école au primaire et au secondaire et comme directeur des services éducatifs de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord, Richard Migneault s’est toujours préoccupé de l’apprentissage de la lecture. Lecteur compulsif, il a développé, une fois à la retraite, un amour fou pour la littérature policière. Apôtre de la littérature québécoise, il s’est donné comme mission de faire connaître les auteurs de polars francophones du Québec, et ce, des deux côtés de l’Atlantique. Il a donc créé le blogue «Polar noir et blanc» il y a 11 ans et il coanime la page Facebook «Huis Clos», lieu d’échanges et de discussion pour les lecteurs de polars.

Émilie Guilbeault-Cayer travaille dans les milieux de l’histoire et de l’édition. Elle détient une maîtrise en histoire de l’Université Laval et un microprogramme en édition de l’Université de Sherbrooke. Consultante en histoire depuis 15 ans, elle a collaboré à de nombreux projets en histoire autochtone, institutionnelle et urbaine.